J'ai présenté hier soir non sans bcp d'appréhension et de stress 3 livres lors de la soirée rentrée littéraire .

Trois livres aux antipodes des uns et des autres aux quatre coins du monde

Voici donc mes coups de coeurs.....Pour la première destination, je vous emmène en Islande avec "La lettre à Helga" de Bergsveinn Birgisson dont c'est le troisième  et premier roman traduit en français aux éditions Zulma.

On part à la découverte de Bjarni Gislasson, vieil éléveur de Brebis islandais qui arrive à la fin de sa vie et qui est invité à passer quelques jours pendant l'été chez son neveu qui habite en face de l'ancienne ferme d'Helga, la femme que Bjarni a follement aimée quarante ans auparavant.

Unnur, La femme de Bjarni est morte récemment et ce dernier se donne enfin la liberté, l'autorisation de répondre à une lettre qu'Helga lui a envoyé il y a fort longtemps, du temps de leur relation.

S'ensuit une lettre de 130 pages.....

Cela va être l'occasion pour Bjarni de remonter le fil de son existence, de renouer avec son passé mais surtout de revisiter cette histoire d'amour impossible, contrarié par la vie, de revenir sur ses choix et de les assumer enfin sans regrets même s'il sait pertinemment qu'il a raté des choses essentielles dans la vie d'un homme....et surtout partir en paix

"La lettre à Helga" est donc à la fois une lettre testament d'un homme qui sait qu'il va bientôt mourir mais également une déclaration d'amour aux deux amours de sa vie : Helga, femme sensuelle qui a occupé et occupe en fin de compte toujours ses pensées et l'Islande avec la beauté de ses paysages, ses traditions que l'on découvre à travers le quotidien de Bjarni, d'Helga et de leurs compatriotes.

J'ai été trés touchée par la sincérité et l'honnêteté du personnage qui reste fidéle à une épouse qui n'est que douleur et souffrance,  à la terre qui l'a construit et surtout qui jusqu'au bout reste fidéle à lui même..car quitter ses terres c'était se trahir. Il s'exprime avec une simplicité parfois crue (le ton peut être truculent !), parfois remplie de poésie_tout au long de la lettre, il fait référence aux poètes islandais, déclament certaines strophes_Parfois la poésie va jusqu'à se transformer en lyrisme et on retrouve alors la tradition orale des sagas islandaises qu'affectionne particulièrement l'auteur, Birgisson, spécialiste de littérature médiévale scandinave

Au final un trés joli roman, rempli d'émotions, certes souvent nostalgique mais sans jamais être triste ni larmoyant loin de là car on sourit beaucoup devant le franc parler et les comparaisons truculentes de Bjarni : « Te voir nue dans les rayons de soleil était revigorant comme la vision d’une fleur sur un escarpement rocheux. Je ne connais rien qui puisse égaler la beauté de ce spectacle. La seule chose qui me vienne à l’esprit est l’arrivée de mon tracteur Farmall. »